Pages Michel Chéoux                      LE FIL ROUGE...

Après avoir suivi un lien hypertexte, revenir à cette page en cliquant sur la flèche "précédent" de votre navigateur.

 

Fil rouge de la GENEALOGIE de Michel CHEOUX

****

Je suis né à OURSBELILLE, mon père à TARBES, ma mère à ARRENS dans les HAUTES PYRENEES mais mes ancêtres CHEOUX sont TOUS nés à ARGELES-BAGNERES et viennent très certainement de la vallée de CAMPAN (lien non trouvé…je cherche… !). Des branches alliées sont à POUMAROUS, CHELLE-SPOU…..

J’ai commencé MA GENEALOGIE en 1998 et depuis, je n’ai jamais arrêté !!!

Les diverses branches paternelles m’ont amené à découvrir des ancêtres dans la vallée du Castelloubon (vallée du Lavedan) et dans les communes de GAZOST, OURDIS, OUSTÉ, JUNCALAS, PRECHAC…..dont certaines branches existent déjà vers 1280 (travaux de Robert LACRAMPE et de Stéphane PERREY).

D’autres ancêtres sont issus de VIELLE ADOUR, leurs descendants ayant migré vers ASTUGUE, NEUILH, OURDIS, GAZOST pour arriver à BORDERES sur l’ECHEZ (ma grand-mère Marie Louise MENGELLE).

L’alliance de mon ancêtre JEAN CHEUX BAYLE avec FRANCOISE DASSI de TAJAN, me permet le cousinage avec BERNADETTE SOUBIROUS . Voir l’Affaire SOUBIROUS.

Le village de CHEUST est désigné CHÈOUS en 1100 par Jean BOURDETTE. Cela m’a obligé à rechercher la vraie histoire de cette commune. Celle-ci, doit être liée à l’Histoire du village de VIDALOS, créé dans les années 1200. Je cherche….. !!!

Le pavé HISTOIRE LOCALE et HISTOIRE PYRENEENNE apportent des informations importantes sur la création, au fil des siècles, de notre région

Pour en finir avec le patronyme CHEOUX, celui-ci existe déjà en 1280 en BELGIQUE (à l’époque les FLANDRES), la Guerre de la Vache ayant laissé des traces. Confirmé par plusieurs généalogistes belges.

Le seigneur MELCHIOR de CHEOUX, né vers 1420, y réside (tout comme GERARD de DURBUY comte de Luxembourg, peut-être son ancêtre de 1200), ainsi que ses descendances jusqu’à ce jour. Certaines branches directes sont dans cette GENEALOGIE., notamment celle de MATHILDE de BELGIQUE, épouse du prince de Brabant.

Il n’y a pas de porteur du nom de CHEOUX en BELGIQUE  (vérifié par M. MOUSNY de Lignières en 1999)

Ces recherches TRES importantes d’Aimée INGEVELD,  m’ont permis de reconstituer une partie la société wallonne, des seigneurs alliés aux de CHEOUX, ainsi que les alliances issues de branches royales. Bon nombre de monarques ont été intégrés, afin de découvrir les liens de parenté par la numérotation sosa. Comme cela que nous avons trouvé l’ancêtre de MATHILDE de Belgique, né vers 295 (voir BELGIQUE).

Le pavé QUESTIONS REPONSES pose les mystères de la MIGRATION du nom de CHEOUX. Que les personnes possédant des informations prennent contact avec Aimée INGEVELD ou moi-même.

 

La généalogie maternelle des MATHET, des BEGARIES, m’a fait découvrir le val d’Azun : ARRENS, BUN, AUCUN, MARSOUS, ESTAING…..et les familles alliées et collatérales. La population dARRENS est complète de 1698 à 1898 dans ma base de données.

Nous avons retrouvé nos cousins ARGENTINS, issus des MATHET ARRENS, et une cousinade a été organisée en l’honneur de HORACIO GUERRI, le 1ER JUILLET 2006, à AURENSAN, près de Tarbes.

Louis Dominique MATHET SCULPTEUR, né à Laloubère, ami de RODIN, n’a pu être relié à la branche d’ARRENS, ni à la branche MATHET ARGENTINE, issue de Caixon et Nouilhan. Je cherche toujours ce lien.

 

Le pavé MAISONS vous permettra de voir les maisons retrouvées de mes ancêtres, photographiées ou peintes, dont certaines sont dans le site GALERIE VIRTUELLE http://michel.cheoux.free.fr

 

Nous n’oublions pas nos amis parisiens dénommés LES BIGOURDANS DE PARIS, déracinés mais ayant toujours leur cœur dans leur BIGORRE NATALE.

 

Nous n’oublions pas non plus ces 2 plats qui ont nourri les générations d’avant et d’après guerre que vous trouverez dans le pavé RECETTES BIGOURDANES.

Bonne visite.

Merci de bien vouloir me faire part de vos remarques, des erreurs, des oublis….La perfection n’est pas de ce monde, surtout dans ce domaine.

J’accepte toute information me permettant de renseigner, d’actualiser, de compléter  cette base.

En 1997, il y avait zéro information. En 2007, il y en a quelques unes. En 2015, il y en aura un peu plus…. !

Michel CHEOUX le 27 février 2007.

 

 

 

 

Haut

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut